Je stresse, nous stressons… Je respire!Zeste Détente

Le stress est définitivement un gros problème de société. Commençons par quelques statistiques*:

  • 1 personne sur 3 se dit stressée ou très stressée.
  • 80% des rendez-vous chez les médecins de famille sont en lien direct avec le stress.
  • 35% des femmes et 40% des hommes disent mal dormir.
  • Le stress est un facteur important dans plusieurs maladies graves qui peuvent causer la mort.

Les impacts du stress sont nombreux: anxiété, dépendances, dépression, prise de poids (en raison de l’augmentation du cortisol), perte de mémoire, diminution de l’attention, réactivité, épuisement, tensions musculaires, etc.

Mais le stress… c’est quoi exactement?

Le stress est la réponse que notre organisme utilise pour produire l’énergie nécessaire pour vaincre les défis ou événements mettant notre vie en danger: « phénomène de lutte ou de fuite ». Le stress est donc, à priori, bon et nécessaire, à petite dose.  C’est grâce à lui, par exemple, que nous avons cet instinct primitif qui nous permet de nous sauver d’un agresseur ou de trouver une force surhumaine pour sauver un enfant d’un feu.  Le stress devrait être ponctuel, pour un événement, à un instant précis.

Malheureusement de nos jours, le stress fait quasi partie intégrante de notre quotidien et notre organisme est constamment en « état de lutte ou de fuite ». Et c’est lorsqu’il perdure dans le temps que surviennent les problèmes de santé.

Comment ça marche?

Le stress implique différents systèmes et organes. En état de stress,  notre organisme fait une demande aux glandes surrénales pour produire de l’adrénaline, de l’aldostérone et du cortisol dans le sang.  Ces hormones de stress accélèrent le cœur, augmentent la circulation sanguine et la pression artérielle pour faciliter la distribution de l’énergie pour que notre corps puisse vaincre ou fuir rapidement.

Techniquement, une vasodilatation de certains vaisseaux se produit alors qu’une vasoconstriction s’installe là où c’est moins nécessaire (digestion, système reproducteur, la peau). Une broncho dilatation permet une meilleure oxygénation et le cerveau produit un neurotransmetteur pour inhiber la peur et nous rendre plus courageux.  Nous sommes alors, en mode « sympathique », en mode lutte ou fuite.

Zeste DétenteToutes ces étapes demandent une grande dose d’énergie à notre système. À la longue, la fatigue s’installe et ce n’est pas rare de voir un épuisement physique et mental.

D’autres problèmes de santé apparaissent également comme la haute pression, une diminution de la résistance des certains tissus (muscles, tendons, cartilages, os), l’ostéoporose, l’artériosclérose, augmentation de l’irritabilité, l’agressivité, la dépression, etc. Le stress cause également des tensions musculaires associées à des douleurs ou des inconforts.

Et le massage…. comment peut-il nous aider?

Le toucher stimule les récepteurs de la peau et fait naître des influx nerveux.   Ceux-ci, en passant par la moelle épinière, se rendent à l’hypophyse pour produire des endorphines et au cerveau pour augmenter la sensibilité consciente au toucher.  Le cerveau projette alors ces influx à l’hippocampe qui donne une « valeur » au massage: détente, bien-être, sécurité, chaleur, des éléments qui y sont encodés depuis votre vie fœtale.

L’information arrive ensuite au bulbe rachidien et à l’opposé du mode « sympathique » du lutte ou de fuite, notre corps et notre esprit rentrent en mode parasympathique. Ainsi le calme et de régénération s’installent.  Le système cardiaque et respiratoire ralentissent, la digestion reprend et on note une chute des hormones de stress au profit des hormones de bien-être comme les endorphines, la sérotonine et l’ocytocine.

Les endorphines ont pour effet de stimuler le système immunitaire, favoriser le sommeil, réduire l’anxiété, renforcer l’estime de soi et même de ralentir le processus du vieillissement. Elles permettent de recharger les batteries, agissent comme analgésiques naturels et procurent un état de bien-être.

Bien des gens recourent à la massothérapie pour régler des problèmes ponctuels (douleur, tension, blessures). Cependant, la massothérapie devrait être vu également comme élément de prévention et on devrait y avoir recours sur une base régulière.  C’est prouvé scientifiquement, le massage est efficace contre le stress et ses effets durent dans le temps.

Respirez… Relâchez… Relaxez…

 

*Tiré de la conférence de Marco Roy de l’École entrepreneurship de Beauce.