Notice: Undefined variable: fm_appid in /home/zestedetente/public_html/wp-content/plugins/facebook-members/facebook-members.php on line 71

Connecter avec son corps pour gérer son stress

En général, quand ça ne va pas, notre tête tourbillonne à toute vitesse et nous sommes stressés. Malheureusement, ce n’est pas long avant que notre corps en subisse les conséquences. Les tensions musculaires, la difficulté à dormir, les problèmes de digestion ou l’impression d’étouffer sont des signes évidents qu’il est temps de connecter avec son corps et de respirer pour gérer son stress.

Le stress

On définit le stress comme étant la réaction du corps à une menace réelle ou perçue.  Celui-ci nous prépare à faire face à cette menace, soit par le combat ou la fuite. Il nous est donc essentiel. Cependant, les conséquences peuvent être importantes s’il nous accapare trop et qu’on n’arrive plus à le gérer.

Les symptômes, qu’ils soient physiques (tensions musculaires, insomnie, maux de tête), psychologiques (faible estime de soi, anxiété, agitation) ou comportementaux (s’isoler, consommer plus d’alcool), peuvent avoir des répercussions sur notre santé. Le stress est d’ailleurs un facteur de risque pour plusieurs maladies autant physiques que mentales.

Lorsque le corps et l’esprit ne travaillent plus de pairs, nous devons marquer un temps d’arrêt et être bienveillants envers soi-même. Cela peut se faire simplement en prenant conscience de notre corps et de notre respiration.

La clé de la détente

La respiration est inconsciente car elle est régulée par le système nerveux autonome.  Par contre, il est possible d’exercer un certain contrôle conscient sur son rythme et son amplitude. Ainsi, elle devient un outil puissant de relaxation. Les respirations abdominales profondes favorisent le système nerveux parasympathique, le calme et la récupération. Les respirations thoraciques, quoique moins reposantes, augmentent la concentration en oxygène dans notre corps tout en mobilisant toutes les articulations entre nos côtes et nos vertèbres. Nous vous suggérons donc d’inclure ces deux types de respirations dans vos moments de pause pour connecter avec votre corps.

Comment prendre de consciente du corps et de sa respiration

  • Allongez-vous confortablement dans un endroit calme.
  • Fermez les yeux et respirez par le nez (permet une respiration lente et profonde).
  • Dans un premier temps, soyez à l’écoute et observez votre respiration.
  • Laissez-vous aller, détendez-vous. Si des pensées passent, ramenez votre attention sur votre respiration.
  • Ensuite, attardez-vous à votre corps. Prenez conscience du poids de chaque partie : vos pieds, vos jambes, votre bassin, votre dos, vos bras et votre tête.
  • Observez les points de contact entre votre corps et le sol.
  • Poursuivez avec un exercice de contraction/relaxation de chacune des parties de votre corps. Pour ce faire, contractez les muscles de votre bras, par exemple, pendant 5 secondes et relâchez. Portez attention au relâchement et à la sensation de lourdeur qui l’accompagne.
  • Avant de terminer, revenez à votre respiration.
  • À la fin de cette pause, ouvrez les yeux et restez allongé quelques minutes avant de reprendre vos activités.

Les positions

Vous pouvez réaliser cette prise de conscience du corps et de la respiration dans différentes positions. En voici deux qui auront aussi un impact positif sur votre posture et le relâchement de la musculature du tronc.

– Couché sur un traversin (ou une couverture enroulée)

  • Les bras reposent au sol, sur le côté, paumes vers le ciel.
  • Excellent pour l’étirement des pectoraux et le relâchement des muscles du dos.
  • Une fois que vous avez trouvé la variante qui vous convient, portez une attention particulière à votre corps et suivez les étapes de la prise de conscience mentionnée ci-haut.

Variante : Les jambes peuvent être fléchies aux genoux, allongées ou dans une position en losange avec les plantes de pieds qui se touchent.

Variante : La tête peut reposer sur le traversin, sur le coussin ou au sol pour un plus grand étirement des muscles de la nuque.

– La position latérale supportée

  • Allongé sur le côté, placez un traversin, une couverture enroulée ou un coussin entre la base des côtes et le bassin.
  • Excellente pour mobiliser la cage thoracique en ouvrant l’espace entre les côtes, elle procure aussi un étirement du tronc.
  • Une fois que vous avez trouvé la variante qui vous convient, portez une attention particulière à votre corps et suivez les étapes de la prise de conscience mentionnée ci-haut.

Variante : Les deux jambes peuvent être allongées, une au sol et l’autre fléchie, ou les deux jambes fléchies.

Variante : Le bras peut être allongé sur le corps ou placé au dessus de la tête pour augmenter l’étirement.

Connecter avec son corps et prendre le temps de respirer sont deux outils puissants de relaxation et de gestion du stress. 

La massothérapie ou le bain flottant peuvent aussi être deux alliés de choix dans la gestion du stress. Consultez nos blogues à ce sujet.