Port du masque et maux de tête

Le port du masque vous donne mal à la tête ou semble vous créer des tensions musculaires? C’est malheureusement bien possible et il y aurait plus de 50% des gens qui portent le masque quotidiennement qui en souffriraient1. Cependant, contrairement à ce que plusieurs pensent, ce n’est pas le manque d’oxygène qui est en cause, mais bien l’aspect « mécanique » de porter un masque avec les élastiques derrières les oreilles.

La saturation en oxygène

La molécule de l’oxygène est très petite. Elle passe facilement à travers les mailles d’un masque de procédures ou un couvre-visage, ceux-ci étant conçu de façon à stopper les gouttelettes. Ainsi, le port du masque ne diminue pas le taux d’oxygène dans le sang et cela ne peut pas expliquer les maux de têtes. Le Dr Alain Vadeboncoeur a publié un blogue à cet effet mesurant sa saturation en oxygène avec et sans le port du masque et celle-ci reste stable en tout temps2. Pour expliquer les maux de tête liés au masque, il faut se tourner vers le « port » du masque comme tel.

Effort lié à la respiration

Le fait de porter un papier ou un tissu devant la bouche et le nez exige un plus grand effort de respiration car il y a une impression de manquer d’air. Inconsciemment, on avance la mâchoire du bas, on ouvre la bouche ou on projette la tête vers l’avant pour aller chercher un plus grand volume d’air. Ces gestes sont à l’origine de déséquilibres mécaniques. Ces derniers pourraient être la cause de tensions au niveau cervical et des maux de tête.

Les élastiques

Les élastiques qui passent derrière les oreilles déclenchent un reflexe de tension. Comme ils « tirent » vers l’avant, la musculature postérieure essaient de compenser en « tirant » vers l’arrière. Cela exerce ainsi une pression et cause un déséquilibre sur les tissus myofasciaux du crâne et de la nuque. Le masséter (muscle de la mâchoire), les muscles temporaux et ceux de la nuque (les scalènes et le SCOM) seraient particulièrement touchés par ces tensions excessives.

Ce déséquilibre des tissus ajoute une pression supplémentaire entre le crâne et les premières vertèbres cervicales, ce qui pourrait entrainer une compression de certains nerfs et vaisseaux sanguins. Ces compressions pourraient également expliquer les maux de tête.

Et finalement, ce tiraillement causé par les élastique et les efforts liés à la respiration créent une traction vers le bas du fascia épicrânien et serait aussi une des causes des céphalées de tensions.

Le stress

C’est bien connu, le stress cause des dommages au corps. Le fait de serrer la mâchoire, de jour comme de nuit, peut être associé autant au stress qu’au port du masque. Et dans les deux cas, cela peut causer des maux de tête.

Alors, que faire?

Une fois que ce ceci est clair, il faut agir. Car vraisemblablement, le port du masque sera requis pour encore un certain temps. Vous pouvez choisir de porter un masque avec les élastiques qui passent derrière la tête et si cela est impossible en raison des contraintes de votre milieu de travail, voici un petit guide d’automassage et d’étirements qui va vous aider.

– La chaleur :

La chaleur humide peut être très efficace pour relâcher la musculature et diminuer les tensions musculaires. Appliquez un sac magique sur les zones tendues pendant 10 à 15 minutes.

– L’automassage :

Massez les masséters avec le bout des doigts en faisant des mouvements circulaires et de haut en bas, de la base de l’os de la joue à celui de la mâchoire. Ensuite, exercez une pression des doigts sur le masséter et ouvrez/fermez la bouche. Faites ce mouvement quelques fois en changeant de point de pression. Massez également la long de la mâchoire vers la base de l’oreille.

Massez le muscle temporal. Attardez-vous à la jonction entre celui-ci et le masséter, juste devant l’oreille.

Massez les muscles postérieurs de la nuque. Placez vos mains de part et d’autre du cou avec les doigts au niveau de la colonne vertébrale. Glissez vos mains vers l’avant, en effectuant une traction sur les muscles pendant que vous faites une légère extension de la tête vers l’arrière. Commencez à la base du crâne et faites plusieurs passages en descendant jusqu’au niveau des trapèzes.  Avec les pouces, massez également les attaches musculaires à la base du crâne.

Massez le SCOM en le pinçant légèrement et en glissant les doigts de haut en bas. Tournez et inclinez légèrement la tête du même côté pour avoir plus de faciliter à le « pincer » entre vos doigts. Ensuite, en gardant un point statique, effectuez des mouvements de tête dans tous les sens.

Massez les scalènes en glissant vos doigts (de la main opposée) ou le pouce (de la main du même côté) de haut en bas (base du crâne derrière l’oreille à la clavicule). Les scalènes se situent juste derrière le SCOM.

– L’automassage avec des balles : 

(Apprenez-en plus sur l’automassage avec les balles)

Roulez la balle sur le masséter. Ouvrez et fermez la bouche doucement. Agrippez la peau et faites une torsion pour mobiliser les tissus.

Roulez la balle dans tous les sens sur la nuque. Ciblez les muscles antérieurs et latéraux. Agrippez la peau et faites une torsion pour mobiliser les tissus.

Roulez la balle sur les pectoraux. Pour plus de pression, installez vous au mur avec un bloc. Mobilisez le bras : levez sur la côté, placez derrière le dos, etc.

Placez les balles à la base de l’occiput sur un bloc pour créer un léger étirement. Faites de petits mouvements de la tête (des flexions, rotation, etc).

Au mur, roulez la balle sur les trapèzes en ciblant les trapèzes supérieur. Vous pouvez être dos au mur ou légèrement incliné.

– Les étirements :

Debout ou assis, avec les mains derrière la tête, tirez délicatement en essayant d’approcher le menton de la poitrine.

Debout ou assis, inclinez votre tête vers la gauche, attrapez votre bras droit derrière le dos. Gérez l’étirement selon votre tolérance en augmentant ou un diminuant la traction sur le bras droit.

Debout ou assis, laissez tomber et relachez complètement le dras droit. Avez votre main gauche, appripez votre tête et inclinez là vers la gauche.

Assis ou debout, placez les deux mains sur la cage thoracique, juste sous la clavicule. Tirez légèrement vers le bas en même temps que vous rentrez le menton et inclinez la tête du côté opposée.

 

Et si malgré toute votre bonne volonté, vous n’arrivez pas à des résultats concluants, il nous fera plaisir de vous aider en massothérapie ou en orthothérapie. Prenez rendez-vous!

Pour en savoir plus : 

Article de blogue co-écrit avec Jérémy Herbane, massokinésithérapeute et ortothérapeute.